Revue professionnelle >

Réponses aux questions relatives au vaccin complémentaire contre les pneumocoques

Chez les enfants en bas âge, jusqu’à deux ans, le risque d’être atteint d’une infection invasive à pneumocoques est particulièrement élevé. Les conséquences peuvent être des maladies sévères, dont certaines sont susceptibles de mettre en jeu le pronostic vital, par exemple la méningite, la bactériémie et la pneumonie. En Suisse, on constate un cas de méningite à pneumocoques et un de bactériémie par mois. En plus, chaque année près de 4000 enfants sont atteints d’une pneumonie à pneumocoques et près de 27000 souffrent d’une otite moyenne provoquée par des pneumocoques. Une méningite sur dix a une évolution sévère ou même mortelle, un enfant sur quatre souffre de conséquences neurologiques et près d’un tiers présente une altération de ses capacités auditives pouvant aller jusqu’à la surdité après une méningite.

C’est pourquoi l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et la Commission fédérale pour les vaccinations (CFV) recommandent, depuis janvier 2006, une vaccination complémentaire contre les pneumocoques, avec un vaccin heptavalent conjugué, pour tous les enfants sains âgés de 2 à 24 mois, dont les parents souhaitent une protection vaccinale optimale. Les coûts de cette vaccination sont pris en charge par les caisses maladie depuis août 2006.

Informations complémentaires

Auteurs
Prof. Dr. med. Urs Beat SchaadInfektiologie, Universitäts-Kinderspital beider Basel (UKBB)