Les sujets touchant à la nutrition font le buzz – dans les médias imprimés et plus encore dans les réseaux sociaux; on trouve à peu près tout et son contraire sur l’alimentation ! Bien entendu avec cette avalanche de conseils, recommandations et affirmations, il n’est guère possible de garder une vue d’ensemble.

Bien que l’alimentation soit un facteur incontesté et essentiel du développement somatique et psychosomatique de tout enfant et qu’un état nutritionnel pathologique (malnutrition ou excès nutritionnel) représente un facteur de risque pour de nombreuses maladies ou complications, évaluer l’alimentation et l’état nutritionnel n’est pas toujours une évidence dans la pratique clinique médicale.

Les connaissances de l’influence déjà prénatale, puis surtout postnatale sur la santé individuelle à long terme qu’exerce une alimentation saine pendant la petite enfance (early-life nutritional programming) se sont développées exponentiellement ces dernières années: que soit rappelé ici le concept des « 1000 premiers jours ». De son côté la thématique fascinante de la constitution et des interactions du microbiote intestinal et de son rôle pour la santé (eubiose) et les maladies (dysbiose), jette une toute nouvelle lumière sur le rôle et l’importance de notre alimentation. Au vu de ces considérations, il est surprenant que l’enseignement systématique des sciences de la nutrition se voit relégué à une place toujours aussi congrue dans la formation postgraduée et continue, que ce soit pendant les études de médecine ou pendant la spécialisation en pédiatrie. C’est donc une préoccupation de notre société médicale de donner à la nutrition une place centrale dans l’enseignement, la clinique et la recherche, aux côtés des piliers que sont la gastroentérologie et l’hépatologie pédiatriques. Le fait que les gastroentérologues pédiatriques s’investissent dans la Commission de nutrition, dans la Société Suisse de Nutrition (SSN), le Nutrition Committee de l’ESPGHAN et nouvellement aussi dans la Société Suisse de Nutrition Clinique (SSNC) et dans tant d’autres domaines, prouve que cette notion est vécue dans notre société de spécialistes depuis sa création.

En tant qu’actuel président de la Société suisse de gastroentérologie, hépatologie et nutrition pédiatriques (SSGNP) je me réjouis de vous présenter dans ce numéro des articles choisis traitant le sujet de la médecine nutritionnelle. Le choix très libre reflète l’ampleur thématique de cette spécialité, allant des recommandations pour l’alimentation de la population (pédiatrique) en bonne santé à l’alimentation parentérale hautement spécialisée parfois nécessaire chez des enfants gravement malades, en passant par l’évaluation et la prise en charge nutritionnelle pour des pathologies neurologiques ou gastro-intestinales spécifiques.

Je remercie ici les auteures et auteurs des articles pour ce numéro dédié à la médecine nutritionnelle pour leur engagement et je vous souhaite, chères lectrices et chers lecteurs, une lecture passionnante et instructive !

Informations complémentaires

Traducteur:
Rudolf Schlaepfer
Correspondance:
Auteurs
Dr. med. Pascal Müller, Ostschweizer Kinderspital, St. Gallen