Revue professionnelle >

Examens préventifs en pédiatrie

Les EP pédiatriques sont une prestation préventive des systèmes de santé de nombreux pays1). Alors que dans certains pays – entre autres la Suède et la Grande Bretagne – la prévention pendant l’enfance est assurée par des groupes de spécialistes interdisciplinaires, dans d’autres pays – en Allemagne et en Suisse par exemple – la responsabilité en incombe aux médecins de premier recours, c’est à dire les pédiatres et les généralistese1). Le financement des EP est garanti par des subventions de l’état ou par les assureurs. Le recours aux EP est régulier pendant les deux premières années, ensuite la fréquence baisse. Selon les indications de l’étude KiGGS de l’Institut Robert-Koch elle a baissé durant les années 2003 à 2006 de 95.3% pour l’E3 à 86.4% pour l’E9e2). La fréquentation de ces examens de contrôle étant incomplète, les EP ne peuvent servir d’instrument pour les statistiques de santé publique. Les EP pédiatriques sont une mesure de médecine individuelle mais une évaluation épidémiologique serait souhaitable. Outre le dépistage précoce de maladies et de troubles du développement de l’enfant les EP servent à conseiller de manière anticipative les parents. Les EP pédiatriques sont dans ce cas une combinaison de plusieurs niveaux de prévention. Il n’est donc pas possible de répondre, pour les EP en général, à la question sur l’évidence de l’action préventive dans la pratique pédiatrique. Les prestations individuelles de prévention primaire et secondaire doivent donc être évaluées séparément. Le niveau d’évidence pour les différents aspects des EP est très variable, parfois insuffisant, et ne peut souvent être analysé que dans de grandes études épidémiologiques en raison des nombreuses variables concernant les prestataires autant que les bénéficiaires.

Informations complémentaires

Auteurs
Prof. Dr. med. Peter Weber, Basel

Prof. Dr. med. Oskar Jenni, Abteilung Entwicklungspädiatrie, Universitäts-Kinderspital Zürich, Steinwiesstrasse 75, 8032 Zürich