Revue professionnelle >

Directives suisses pour le traitement par propranolol des hémangiomes infantiles

Avec une prévalence de 4–5 % (chez les nouveau-nés prématurés jusqu’à 14 %), les hémangiomes infantiles (HI) ne sont pas seulement les tumeurs vasculaires les plus fréquentes, mais les tumeurs les plus fréquentes en absolu chez le nourrisson1), 2). Connaître les caractéristiques de la croissance des HI et les variantes possibles laissent est d’une importance fondamentale pour les conseils à donner aux parents, pour la planification des contrôles cliniques et le choix du moment pour une intervention thérapeutique. Les HI ne sont pas visibles à la naissance, ou alors seulement sous forme de lésion annonciatrice, ont une croissance rapide pendant la phase précoce de prolifération, surtout entre la 5ème et
8ème semaine de vie, et at 80 % de leur taille définitive déjà à l’âge de 3 mois. La phase de prolifération dure encore jusqu’à l’âge de 6–9 mois, connaît un plateau pour entrer, à partir de l’âge d’environ 2 ans, dans une phase de régression durant plusieurs années3). Malgré l’incidence très élevée des HI, au vu de leur évolution spontanément favorable, la plupart ne nécessitent pas de traitement et régressent entièrement ou ne laissent que des lésions résiduelles minimes. Le tableau 1 résume les données principales des connaissances actuelles sur les HI.

Informations complémentaires

Auteurs
Dr. med. Alexandra Smith, Pädiatrische Dermatologie, Departement Kinder- und Jugendmedizin, Kantonsspital Winterthur

Dr. med. Martin Theiler, Pädiatrische Dermatologie, Zentrum Kinderhaut, Universitäts-Kinderspital Zürich

Dagmar Klima Lange

Valérie Hauserd

Regula Angst

Michael Seeger

Peter Esslinger

Dietmar Cholewa

Enrico Brönnimann

PD Dr med. Stéphanie Christen-Zaech, Unité de dermatologie pédiatrique, Centre Hospitalier Universitaire Vaudois et Université de Lausanne

Anthony S. de Buys Roessingh

Kathrin Neuhaus

Clemens Schiestl

Anne-Marie Calza

Giorgio La Scala

PD Dr. med. Lisa Weibel, Pädiatrische Dermatologie, Zentrum Kinderhaut, Universitäts-Kinderspital Zürich