Revue professionnelle >

Recommandations de l’Office fédéral de la santé publique concernant l’apport en vitamine D en Suisse – quelle signification pour le pédiatre?

Les pédiatres suisses sont souvent confrontés à des déficits en vitamine D cliniquement manifestes, les recommandations actuellement en vigueur n’étant appliquées que de manière insuffisante tout particulièrement par les groupes à risque, le nombre d’immigrés à la peau foncée ou portant le voile ayant augmenté ces dernières années et beaucoup de jeunes n’ayant presque plus d’activité en plein air. Le déficit en vitamine D se présente chez le nourrisson et le petit enfant sous forme de rachitisme classique, mais aussi de retard de croissance, diminution des défenses immunitaires et hypotonie musculaire; l’adolescent présente des douleurs musculaires, des jambes ou articulaires, un état de fatigue ou des convulsions hypocalcémiques. Ont été décrits l’effet négatif de la carence en vitamine D sur la densité osseuse et les fonctions cardio-métaboliques ainsi qu’un risque accru de diabète. D’un autre côté il faut respecter les recommandations dermatologiques, c’est à dire éviter l’exposition au soleil afin de réduire le risque de basaliomes et mélanomes. Dans ce contexte l’OFSP a publié le 20.6.2012 des recommandations concernant l’apport en vitamine D en Suisse, importantes pour les pédiatres.

Informations complémentaires

Auteurs
Dagmar l’Allemand, Pädiatrische Endokrinologie/Diabetologie

Prof. Dr. med. Thomas J. Neuhaus, Luzerner Kantonsspital/Kinderspital, Luzern

Marco Janner

Prof. Dr. med. Christian P. Braegger, Abteilung Gastroenterologie und Ernährung, Universitäts-Kinderspital Zürich - Eleonorenstiftung

Dr. med. Josef Laimbacher, Ostschweizer Kinderspital, St. Gallen