Revue professionnelle >

Plongée chez l’enfant et l’adolescent. Mise à jour au travers de quelques cas concrets.

La tendance annoncée il y a bientôt 10 ans se confirme: de plus en plus d’enfants plongent. Cette activité de loisir n’ayant occasionné aucune étude prospective examinant le devenir de l’enfant plongeur, les connaissances solides et basées sur des preuves à ce sujet n’ont que extrêmement peu progressé. Par contre il apparaît clairement que cette activi té est, on s’en doutait, non dénuée de risques: des rapports de cas d’accidents graves voire mortels se rencontrent de plus en plus régulièrement1), 2), 3) ,4). Comme le craignait instinctivement
JJ Cousteau, il y a bien un prix à éven tuellement devoir payer pour ce défi, fût-il délectable, aux lois de la nature: «Je sentais bien, confusément, que je trichais avec la nature. Mais il me semblait impensable qu’il y eût une punition pour un péché aussi merveilleux.» Les pédiatres sont de plus en plus confrontés à des demandes en relation avec la plongée enfant: certificats, limites d’âge, contre-indications, autorisations lors de circonstances particulières. Il ne semble pas inutile de reprendre ces questions et de se pencher sur quelques cas rencontrés en pratique courante.

Informations complémentaires

Auteurs
Marc-Alain Panchard