Revue professionnelle >

Légèrement prématurés – nouveau-nés à risque !

Introduction

Les nouveau-nés qui naissaient 3 à 6 semaines
avant le terme étaient traditionnellement
appelés «presqu’à terme» (near-term
infants). Longtemps, ils n’ont pas été perçus
comme un groupe à part et souvent pris en
charge comme des nouveau-nés à terme. Ce
n’est que récemment qu’on a pris conscience
du fait que les enfants prématurés entre 34
0/7 et 36 6/7 semaines de grossesse représentent
un groupe de patients distinct, ressemblant
en ce qui concerne les risques, le
mesures thérapeutiques et le pronostic plus
aux prématurés qu’aux nouveau-nés à terme.
Par conséquent on parle aujourd’hui de «nourrissons
légèrement prématurés» (late preterm
infants).

Avec 5 à 6% des naissances (USA 13%) les
nourrissons légèrement prématurés représentent,
en Suisse aussi, de loin la plus
grande partie des enfants nés prématurément.
En raison de leur immaturité, ils sont
affectés d’une mortalité et morbidité accrue
et occasionnent une part non négligeable des
coûts de la santé.

Avec 22% la morbidité précoce des nourrissons
légèrement prématurés est nettement
plus élevée que celle des nouveau-nés à
terme (3%). Ils souffrent proportionnellement
plus fréquemment de troubles de l’adaptation
respiratoire, d’apnées et bradycardies, de
difficultés alimentaires, d’hypoglycémies et
d’hyperbilirubinémies.

Informations complémentaires

Auteurs
Mathias Nelle, Abteilung Neonatologie, Universitätsklinik für Kinderheilkunde, Inselspital, Bern

Antonio Leone, Departement Kinder- und Jugendmedizin, Neonatologie, Kantonsspital, Winterthur

Riccardo Pfister, Service de Néonatologie et Soins Intensifs pédiatriques, Hôpitaux Universitaires de Genève et Université de Genève