Revue professionnelle >

La lutte contre les abus d’écrans: les pédiatres en première ligne

Environnement |

Des jeunes enfants abandonnés de longues heures devant les écrans souffrent de graves retards dans leurs apprentissages et leur socialisation. Ces symptômes sont heureusement rapidement régressifs si l’enfant est socialisé dans un environnement interactif. Les mots «autisme» et «addiction», parfois employés pour désigner ces phénomènes, ont été récusés par la communauté scientifique1), mais de telles observations n’en sont pas moins préoccupantes. Et même si elles ne concernaient qu’un nombre limité d’enfants, elles devraient continuer à nous interroger. D’autant plus que la fréquentation des écrans avant deux ans semble perturber gravement le cycle de la mélatonine, et donc les capacités réparatrices du sommeil, avec des conséquences encore mal connues. Les pédiatres ont un rôle majeur à jouer dans la prévention des effets délétères de la surconsommation d’écrans. Ils ont en effet la confiance des parents et ils peuvent être de puissants relais éducatifs.

Informations complémentaires

Auteurs
Serge Tisseron