C’est avec plaisir que la Société Suisse de
Pneumologie Pédiatrique (SSPP) a accepté
l’invitation de dédier une édition de Paediatrica
à la pneumologie. En effet les maladies
respiratoires sont une raison fréquente amenant
les parents à demander l’aide du pédiatre.
Trois articles abordent des sujets
pertinents pour la pratique quotidienne, la
toux, l’asthme et les troubles du sommeil de
l’enfant. La quatrième contribution présente
une mise à jour de la dyskinésie ciliaire primitive.

L’asthme est la maladie chronique la plus
fréquente pendant l’enfance, environ 14% des
enfants sont concernés. Un groupe de travail
interdisciplinaire de la SSPP et du PEMS (Pediatric
Emergency Medicine Switzerland) a
élaboré des recommandations pour la prise
en charge et le traitement de la crise d’asthme
aiguë de l’enfant. La motivation pour ces recommandations a été le sentiment que les
différents services d’urgence et hôpitaux de
soins aigus avaient des pratiques variables
pour la prise en charge de l’enfant asthmatique.
L’évidence scientifique – si elle existe
– et le consensus d’experts, tenant compte de
la littérature et de recommandations internationales, constituent les bases de cet article.
J’attire l’attention sur la recommandation
d’abandonner les objectifs conservateurs
concernant la saturation en O2 et d’accepter
la limite inférieure de 90% avant d’administrer
un complément d’oxygène. De même il n’y a
pas d’indication ou presque aux stéroïdes
systémiques lors d’une obstruction d’origine
infectieuse de l’enfant de moins de deux ans.

La toux persistante, le sujet du deuxième article,
est une cause fréquente d’inquiétude
parentale et de nombreuses consultations
chez le pédiatre. La toux occasionne une dégradation de la qualité de vie, de l’absentéisme
scolaire et des troubles du sommeil de
l’enfant et encore davantage des parents.
Bien que les antitussifs habituels n’aient en
général pour ainsi dire aucun effet, il est surprenant
de voir ce qui est administré à ces enfants. Je suis persuadé qu’après la lecture, de nombreux collègues se verront confirmés dans leur façon de pratiquer et glaneront quand même quelques nouveautés sur le sujet.

J’aimerais souligner deux points évoqués
dans cet article qui méritent d’être lu: 1. une
toux sèche sans obstruction des voies respiratoires
n’est que très rarement expression d’un asthme bronchique et 2. la bronchite bactérienne persistante est la cause la plus fréquente d’une toux productive chronique et vaut un essai thérapeutique par antibiotiques à un peu plus long terme, même en absence des signes typiques de l’infection bactérienne que sont la fièvre et les paramètres inflammatoires élevés.

Le troisième article s’intéresse à un autre
sujet important, les troubles respiratoires
associés au sommeil. Pour les enfants avec
des maladies rares sous-jacentes, comme les
dystrophies musculaires, le diagnostic et le
traitement se font en général par le spécialiste.
Le pédiatre joue par contre un rôle important
lorsqu’il s’agit de reconnaître et diagnostiquer
un SAOS chez un enfant sinon en
bonne santé. Dans ce cas le traitement par
ventilation de l’apnée obstructive du sommeil
n’est que rarement nécessaire. J’aimerais
encore attirer l’attention sur le fait que la
pulsoxymétrie nocturne ne diagnostique ni
exclut de manière fiable un SAOS. Le goldstandard
est la polysomnographie.

Le quatrième article est consacré à la dyskinésie
ciliaire primitive. Il s’agit bien d’une
maladie rare mais la prévalence parmi les
enfants avec des infections répétées des
voies respiratoires est quand même de l’ordre
de 5%. Il est donc important d’avoir cette
maladie à l’esprit. J’aimerais souligner que
c’est une combinaison typique de symptômes
spécifiques qui évoque en général une DCP,
parmi lesquels le syndrome de détresse respiratoire
néonatal, les otites récidivantes et la
rhino-sinusite chronique. Avec la mesure du
NO nasal, en mains expertes, nous disposons
d’un test de dépistage simple.

Je souhaite remercier chaleureusement tous
les auteurs pour leur engagement en faveur
de ce numéro de Paediatrica dédié à la pneumologie, et aussi tous les lecteurs pour l’intérêt
qu’ils portent à notre spécialité.

Informations complémentaires

Auteurs
Prof. Dr. med. Jürg Hammer, Universitäts-Kinderspital beider Basel (UKBB)